Where is Rocky II ?

En 1979, l’artiste américain Ed Ruscha construit un faux rocher en résine qu’il cache parmi des vrais dans le vaste désert de Mojave en Californie. Nommé Rocky II en référence au film de Sylvester Stallone, cette œuvre insolite est passée sous silence et ne figure dans aucun catalogue du travail de Ruscha. Obsédé par cet objet mystérieux, Pierre Bismuth, gagnant d’un Oscar en 2005 pour le scénario d’Eternal Sunshine of the Spotless Mind de Michel Gondry, part à sa recherche. Dans un récit ludique et non conventionnel, il met en scène un détective privé et un duo de scénaristes hollywoodiens qui tentent de retrouver, chacun à leur manière, le rocher caché. Ce documentaire naviguant entre le monde du cinéma, de l’art et du désert, est une quête artistique aussi originale et énigmatique que le mystère qu’il tente d’élucider.

“Le con est désormais le sujet le mieux adapté à la société telle qu’elle est devenue”

Par Paul Soriano – Les médiologues – Marianne

Publié le 29/07/2021

Les anciens cons étaient des espèces de sous-doués. Même nombreux, ils restaient minoritaires et en quelque sorte « hors norme »… Le con est désormais au contraire le sujet le mieux adapté à la société telle qu’elle est devenue, note le médiologue Paul Soriano. Il est la figure même du sujet décrit par les anthropologues de « l’homme nouveau ».

lire l’article sur Marianne.net

Décès

Jeanne d’Arc s’est éteinte le 30 mai 1431, environ 2 heures après sa mort…

( source : Federico Cosio Solis )

Les pingouins de Fabris.be se sont bien amusés à Verviers …

Adelin Donnay “EXODUS” à la galerie ABC&Design à Verviers. ( Juillet-Août 2020 )

Série Exodus

Dans le travail d’Adelin Donnay la proposition est toujours frontale pour ne pas dire simple, cette série « Exodus » n’échappe pas à la règle. Mais derrière cette lisibilité directe, le bougre, nous cache un humanisme contenu.
C’est bel et bien une retenue, mais d’une pudeur étrangement criante, qui semble ne pas parler de lui. Elle parle plutôt de nous, nous parle en suggérant avec force l’interrogation, pour finir par poser la question à l’envers.
Ne sommes-nous pas tous ces migrants, les groupes de personnages semblant avancer avec les hésitations que nos peurs et nos doutes provoquent.

Fabris Remouchamps, le  02/02/2020

La philosophie Shadok

En dix leçons :

– “S’il n’y pas de solution, c’est qu’il n’y a pas de problème”.

– “Il vaut mieux pomper même s’il ne se passe rien que risquer qu’il se passe quelque chose de pire en ne pompant pas”.

– “Quand on sait pas où l’on va, il faut y aller… et le plus vite possible!”

– “Pour qu’il y ait le moins de mécontents possible, il faut toujours taper sur les mêmes”.

– “Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?”

– “La notion de passoire est indépendante de la notion de trou… et réciproquement”.

– “Si ça fait mal, c’est que ça fait du bien !”

– “Le bon sens est la chose la mieux protégée… la connerie aussi !”

– “Il vaut mieux mobiliser son intelligence sur des conneries que mobiliser sa connerie sur des choses intelligentes”.

– “On n’est jamais aussi bien battu que par soi-même”.